Coalition d’appui à la desserte gazière de la Côte-Nord : une belle marque de confiance!

Coalition d’appui à la desserte gazière de la Côte-Nord : une belle marque de confiance!

En annonçant la création d’une Coalition d’appui à la desserte gazière de la Côte-Nord le 29 novembre dernier, les élus de la Côte-Nord ont posé un geste porteur et significatif en faveur de ce projet.  En effet, ils se sont entendus pour parler d’une voix concertée afin de faire valoir que la Côte-Nord a besoin d’être desservie en gaz naturel, à l’instar des autres grandes régions industrielles du Québec.  Dans une région qui vit des enjeux si complexes et diversifiés, une telle cohésion montre à quel point le besoin est significatif et combien le gaz naturel peut être un outil structurant.  Gaz Métro s’est réjoui de cet appui important.

À mes yeux, la coalition se veut également un véhicule efficace pour faire valoir au gouvernement, aux Nord-Côtiers et aux autres québécois que la venue du gaz naturel dans la région est un outil stratégique afin de réaliser plusieurs objectifs économiques et environnementaux que nous nous sommes donnés collectivement.  En effet, la desserte gazière de la Côte-Nord rendrait la région plus attirante pour les projets de transformation locale de nos ressources.  Elle permettrait aussi d’améliorer le bilan environnemental de la Côte-Nord (et du Québec par le fait même) en substituant d’énormes quantités de mazout, beaucoup plus émetteur de gaz à effet de serre (GES) et de polluants atmosphériques.  Elle permettrait enfin aux entreprises et institutions de la Côte-Nord d’économiser beaucoup de sous, puisque le gaz naturel est l’énergie la moins chère.  Je ne doute pas que la Coalition saura être éloquente et convaincante à ce sujet dans le cadre de ses activités à venir.

Je suis personnellement très touché par cette marque de confiance des élus de la Côte-Nord.  Nous ne tenons rien pour acquis car bien du travail reste à faire, mais ce geste significatif nous donne de l’énergie pour continuer à faire cheminer le projet!  2013 sera d’ailleurs une année bien remplie : la Régie de l’énergie devra statuer sur une demande d’investissement pour le projet et les processus d’évaluation environnementale fédéral et provincial suivront leur cours. 

À bientôt,

 

Pierre-Yves Boivin